La solitude, votre meilleure amie créative…

Un nouvel article sur le sujet de la solitude au combien présent dans notre monde et pour répondre à l'invitation de Chantal du blog ambition-et-reussite.com dans le cadre

Un nouvel article sur le sujet de la solitude au combien présent dans notre monde et pour répondre à l’invitation de Chantal du blog ambition-et-reussite.com dans le cadre d’un carnaval d’articles dont vous trouverez tous les liens de mes amis blogueurs en bas de cet article. Vous pouvez lire ou relire l’article paru en octobre qui portait sur le côté plus sombre de ce sujet. Mais ici nous allons voir pourquoi la solitude peut devenir votre meilleure amie.

En fin d’article, je  vous propose un podcast, pour vous créer un ancrage positif avec votre solitude.

La solitude, espace intime

Tout commence avec un rendez-vous avec soi, par exemple pour écrire cet article, je ne me m’entoure pas de personnes, je ne discute pas avec quelqu’un d’autre, c’est bien dans mon espace intime et solitaire que je prépare ce que j’ai envie de vous partager et je suis déjà heureuse de vous imaginer entrain de lire et à votre tour d’apprécier le moment de solitude de la lecture.

Existe-il une bonne ou une mauvaise solitude ?

Comme je le soulignais déjà dans mon précédent article, nous sommes des êtres dépendants, dès notre naissance nous ne pouvons vivre sans l’autre, jusqu’au moment ou l’on peut intégrer l’autre et comprendre notre différence et c’est là ou se situe notre première expérience de solitude. C’est le contexte dans laquelle nous vivons ce moment qui va déterminer si nous acceptons notre solitude comme un moment de rencontre avec soi ou un espace de besoin de l’autre.

La solitude un double-jeu (je)

Nous avons besoin de relations pour accepter notre solitude et inversement nous avons besoin d’être seul(e) pour avoir des relations de qualité, c’est ce jeu permanent et subtile que la vie nous invite à danser.

Construire une bonne solitude

Si on fait le compte dans une journée de tous les moments ou nous sommes seuls en dialogue avec notre petite voix interne, n’est-ce pas dans nos instants solitaires que nous avons notre libre-arbitre, encore faut-il être sûr que personne ne s’immisce dans cet espace-là et restez vigilant sur les paroles que nous acceptons de prendre.

Lorsque vous nourrissez votre solitude avec vos centres d’intérêts, et que vous faites quelque chose qui vous passionne avez-vous le sentiment d’être seul ? non au contraire vous en redemandez de ces instants-là car ils vous ont comblé et le temps s’est arrêté.

De la même façon qu’un artiste choisi les couleurs, les formes, les messages qu’il souhaite exprimer, vous avez le pouvoir de mettre sur la toile blanche de votre solitude votre imaginaire, plus il sera riche et présent moins les passages solitaires seront lourds.

Etre seul ou se sentir seul ?

Sentez-vous la différence entre ces deux états ? j’imagine que oui, l’un est de l’ordre du choix et l’autre du subit. Le premier peut devenir un intervalle créatif intense et l’autre un moment de souffrance. C’est bien dans le regard que vous allez porter et la connaissance de vous-même que vous pouvez faire votre choix.

Créez-vous un ancrage positive avec votre solitude[podscast]

je vous invite à puiser dans vos bons moments de solitude, d’aller chercher en vous avec tous vos sens, cet état ou vous avez goûté pleinement ce moment.

Ecoutez le podcast.

Voici la liste de tous les blogueurs qui ont participé à ce carnaval d’articles, n’hésitez pas à commenter leur article, je les connais ils adorent ça !

recherche utilisée pour trouver cet articlesujet de solitude
19 COMMENTS
  • Renata 20 novembre 2015

    Très sympa cette méditation, cool
    merci!

  • Taty Chantal 20 novembre 2015

    Merci Katherine pour ce double jeu (je) que peut représenter la solitude car nous sommes là au cœur du problème : quelle vision je vais donner à ma solitude, de quelle couleur vais-je la recouvrir ? Ce choix nous appartient et s’il ne semble pas le bon, nous avons le pouvoir de changer le décor. Merci pour cet ancrage très réussi ! Ta voix est très porteuse, berceuse…

  • Helene 20 novembre 2015

    Bonjour Cathy,

    Comme Chantal, j’apprécie cette notion de double jeu-je. Tout est dans cette nuance comme le peintre jouant avec ses palettes de couleurs pour donner harmonie à son œuvre.
    Merci de nous amener à réfléchir sur ce que veut dire solitude : choisie, subie… et de comment en saisir le sens pour la transformer à notre avantage dans presque tous les cas. Merci pour le podcast.

  • Nicolas 21 novembre 2015

    Cathy, J’aime beaucoup ton article, en particulier quand tu souligne le fait qu’il faut construire une bonne solitude. Se retrouver avec soi-même permet ensuite de se rebooster, d’avoir les idées claires ! Très important dans le milieu profesionnel. Merci pour ce billet. Nicolas

  • Cécile Mahé 21 novembre 2015

    L’imaginaire contre la solitude (vue comme négative)! C’est exactement ça. Plus la vie intérieure est riche, moins on dépend de l’extérieur pour l’enrichir, ou en tout cas, l’extérieur est là en catalyseur, pas au coeur du processus créatif. J’irai même encore plus loin, enthousiasmée par ce que je viens de lire: la solitude pour permettre au processus créatif de s’installer, et à l’inverse, créer pour « chasser » la solitude non voulue. Merci Cathy pour ce podcast apaisant.

  • Dorian 22 novembre 2015

    Bonjour Cathy,

    Quelle douce voix ! :)
    J’ai pris plaisir à t’écouter mais un peu du mal à appliquer l’exercice. J’utilise l’ancrage pour des moments d’émotions vives mais dans le sens très active. Dans un état de solitude, je vais me trouver souvent zen, serein, joyeux et ce sont des émotions douces. En fait, oui ça peut se faire aussi avec le recul… Je vais repratiquer !

    Au plaisir !
    Dorian

  • Pierre 23 novembre 2015

    Bravo pour ce podcast très efficace Cathy ! Et ta voix envoûtante y est pour beaucoup ! :-)
    J’ai retrouvé dans ton article des sensations intéressantes sur des solitudes vécues très joyeusement, des solitudes libératoires. Je prends aussi cette vie de « double-je », ces allers-retours entre soi et le monde extérieur, comme un jeu et une danse, dynamiques et rythmés. Ce sont ces mouvements entre la concentration sur soi et l’expansion vers le monde, force centrifuge et force centripète, qui tournent autour d’un point d’équilibre à trouver, dans l’axe de qui nous sommes. Mais nous avons absolument besoin des deux, parfois besoin intensément de l’un ou de l’autre. La solitude est alors vécue tantôt comme un outil pour réparer quelque chose d’abîmé en soi, tantôt comme un outil d’élévation personnelle ou simplement de contemplation… puis quand l’outil a servi, nous pouvons aller vers le monde, et recommencer ce cycle tant qu’il est nécessaire.

  • Angélique Capron 23 novembre 2015

    Bonjour,

    Super Podcast!
    J’utilise également la PNL. C’est un outil très puissant si on l’applique. Moi j’ai beaucoup évoluer grâce à cet outil.

    C’est vrai qu’il y a beaucoup de moments dans une journée où on se parle à soi-même. C’est pourquoi, il faut faire très attention aux paroles que l’on se dit.
    Si vous vous dites des choses négatives toute la journée « je suis nul »… Vous serez dans un mauvais état. Mais si vous avez des paroles bienveillantes envers vous-même, la vie sera plus facile et joyeuse.

    Angélique Capron

  • Eliane 25 novembre 2015

    Formidable ton podcast, c’est excellent de se replonger dans ces instants privilégiés du bien-être et de l’intime. La photo que j’ai choisie de mettre sur mon blog pour parler de la solitude amie, c’est mon ancrage dans ce moment de bonheur. « Seule et heureuse », tous mes sens sont en alerte. J’y suis très sensible quand j’approche ce bien-être. Etre seul(e) et à aucun moment se sentir seul(e). J’adore cette reconnection.

POST A COMMENT